top of page

Pourquoi suis-je devenue comportementaliste canin ? Mon parcours au service des chiens

C’est la rentrée, l'occasion parfaite de renouer et de partager mon histoire et celle de Truff’me. Un moment pour démystifier la glorification des études et soulager la pression que l'école peut exercer sur les jeunes et leurs parents !

Je vous emmène dans mon univers d’échecs et de persévérance, de tête de linotte et de passion.


Deux jeunes femmes assises sur des chaises de camping tiennent sur leur main gantée des chouettes effraies.
La top qualité des photos téléphone de l'époque, OK?


Le Monde Enchanté des Animaux

Dès mon plus jeune âge, j'ai été captivée par le monde animal. Mes parents ont dû répondre à 4500 demandes d'adoption, allant du chat errant à l'oiseau blessé, en passant par le hérisson découvert dans le jardin. Je suis passée par des expériences variées, de l'élevage d'escargots de course à la tentative ambitieuse d'élever grenouilles et tortues (excusez-moi, j'étais jeune et peu expérimentée), jusqu'à mon obsession momentanée pour les buses Harris (j'étais plus âgée et j'ai fait un stage de fauconnerie, inévitablement suivi du désir d'en posséder une). J'ai même séché des cours à l'université pour passer des après-midis à la SPA locale. Malgré cela, après des années de lycée un peu chaotique, je me suis retrouvée à court d'idées pour choisir une voie d'études. La veille de ma rentrée à l'université, j'ai choisi une filière de "technologie animalière". Un terme pompeux et peu flatteur, mais qui englobait la possibilité de devenir soigneuse animalière dans un zoo ou un parc, ou encore assistante vétérinaire.

“Faut pas confondre persévérance et obstination” - Mon père

"Bravo Pauline, tu as trouvé ta vocation !"

C'est ce que je me suis dit sarcastiquement alors que je redoublais toutes les années de ma licence. Une période difficile, exigeante et souvent décourageante. J'ai versé des larmes à n'en plus finir, mais malgré les obstacles, je n'avais pas d'autre plan pour ma vie. J'ai persévéré, jonglant avec un emploi à temps partiel, les factures du loyer, et une vie sociale bien remplie. Puis, en dernière année, j'ai adopté un chien avec mon partenaire de l'époque. Malgré tout, j'ai réussi à terminer mon travail de fin d'études et mes stages avec mention très bien. J'ai eu l'opportunité de vivre des expériences incroyables auprès d'animaux en Afrique du Sud. J’ai eu la chance d’aller bosser avec des caracals, des guépards, des servals (non, on ne dit pas des servaux j’ai vérifié), des perroquets qui m’ont percé les tympans (leur espace s’appelait la MAD HOUSE pour tout vous dire). Je me suis faites attaquée par des oiseaux géants, j’ai appris que les autruches c’était clairement plus dangereux qu’un guépard. Mais mon rêve de gosse de partir en Afrique s’est effrité très vite parce que les trois mois que je devais passer sur place ont du êtres écourtés. Le refuge que j’avais choisi m’avait menti et je n’ai pas pu faire autant de choses que l’exigeaient mes études et je me voyais forcée de trouver un autre stage.


Une jeune femme blonde (Pauline) est assise par terre avec un serval couchée entre ses jambes. Elle tient un appareil photo dans sa main et caresse l'animal de l'autre.
Je précise que ce sont des animaux sauvages, qui sont domestiqués là-bas et ensuite saisi par le refuge. Ce ne sont PAS des animaux qu'il faut domestiquer!


Je suis donc rentrée en Belgique écœurée et démoralisée. J’ai trouvé un stage en refuge faune sauvage à Louvain-la-Neuve chez Birds Bay. J’ai pu évoluer dans un refuge complètement différent et participer à la préservation des espèces locales.

J'ai également eu l'honneur de travailler aux côtés de la fantastique équipe du centre vétérinaire de Bruxelles. Je suis arrivée en spécifiant que je ne voulais pas devenir assistante vétérinaire, ils m’ont dit ne pas avoir forcément envie d’en engager à l’avenir et pourtant notre travail ensemble nous à fait changer d’avis à tous les trois! Je ne les remercierai jamais assez pour cette période à leur côté et il m’est régulièrement arrivée de regretter ne pas avoir pu déménager à Bruxelles pour travailler avec eux.


Je suis donc partie dans la vie “active”, après pas mal de retard sur mes camarades du lycée mais en ayant depuis longtemps de l’expérience en milieu professionnel varié via les jobs étudiants que je maintenais depuis mes 16 ans. Et ça ne m'a jamais empêchée de vivre de belles aventures, de créer mon entreprise et d'en vivre.


La Réalité pas rose du tout avec Maki


Mais la vie avec mon chien, Maki, n'était pas un conte de fées. Elle détruisait tout sur son passage : mon canapé, mes chaussures, même la télécommande de la télévision... et la liste est longue. Elle me décorait le sol de pipi et de caca chaque nuit, me laissant chaque matin avec une envie de tout envoyer en l’air. À presque 7 mois, elle était toujours incapable de prévenir quand elle devait sortir, tirait en laisse comme une locomotive déchaînée et semblait avoir un appétit insatiable pour le plâtre des murs.


C'est alors que j'ai contacté une ancienne camarade de fac, cherchant désespérément des formations en éducation et comportement canin. Parce que j'aime comprendre et résoudre par moi-même, je ne voulais pas juste engager quelqu’un mais en apprendre encore plus. J'ai eu de la chance : elle pouvait me former dans le centre où elle travaillait.


J’ai donc commencé à suivre les éducateurs et éducatrices canins sur place, j’ai appris à comprendre et lire le chien, voir le positif chez Maki, noter ses forces et les utiliser à mon et son avantage. J’ai enfin compris que la dominance c’était n’importe quoi, j’ai amélioré notre relation chien-humain et on a pu enfin se comprendre. J'ai rencontré des collègues en or.


Quelques mois et une formation plus tard, nous avons pris une décision audacieuse : lancer notre propre entreprise en Belgique. C'était le début de "La Patte d'Argos", ma première entreprise, en partenariat avec mon amie Aurore.


Un Déménagement, Une Nouvelle Aventure


Cependant, pour des raisons personnelles, j'ai finalement dû quitter la Belgique pour la France. J'ai travaillé pendant un an dans une clinique vétérinaire à Lyon avant de prendre l'initiative de fonder Truff’me. Mais cette étape reste une autre histoire à vous raconter bientôt !


J’en ai profité pour voyager, rencontrer du nouveau monde, travailler sur ma santé mentale et physique. Me découvrir moi et mes envies. Adopter un chien. La voir mourir dans les bras de mon compagnon, subitement, d’une maladie qui nous l’aura enlevée après dix jours seulement. Faire notre deuil, et comme les nouilles qu’on est, réadopter un chien en ayant la trouille au début dés qu’elle éternuait de travers!


Un chien blanc avec une tache grise sur l'oreille et l'oeil porte un casque de protection auditif autour du cou.
Ciri, partie beaucoup beaucoup trop tôt.

Korra a grandi et elle est solide comme un roc, jamais malade. On a souffert, on a appris, on a grandi. La vie est un long chemin de randonnée qu’on suit sans avoir de carte claire, on change de route, on sort des sentiers balisés parfois et on découvre de magnifiques clairières où se poser.

L'Empathie envers les Maîtres et les Chiens

C'est parce que j'ai vécu les mêmes difficultés que vous, que je me suis découvert ma vocation de comportementaliste canin. Je voulais comprendre mon chien, répondre à ses besoins, et surtout, ne plus me sentir désarmée face à ses "bêtises", qui n'étaient en réalité que des signes de détresse que je peinais à déchiffrer.


Aujourd'hui, je souhaite à chacun de vivre une relation aussi épanouissante que celle que je partage avec ma chienne actuelle, Korra. Bien que son obéissance soit relative (si vous l'avez déjà croisée, vous savez qu'elle a son propre style), je suis chaque jour davantage fière de son indépendance, de sa confiance en elle et des décisions qu'elle prend en évoluant à mes côtés.


Mon Engagement envers Vous

Si vous traversez des épreuves similaires dans votre relation avec votre compagnon à quatre pattes, sachez que je suis là pour vous. Je connais vos défis, car je les ai personnellement surmontés, et je les vis parfois encore. Je suis prête à vous aider à créer une relation harmonieuse et épanouissante avec votre animal. N'hésitez pas à me contacter, je suis là pour vous ! 😉🐾.

Pauline pour Truff'me.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page